15/12/2012

Les rennes du Canada sont en voie de disparition

Les rennes du Canada sont en voie de disparition

8 décembre 2012

Les rennes du Canada sont en voie de disparition


OTTTAWA (NOVOpress) 
– Mauvaise nouvelle pour le père Noël ainsi que pour tous ceux qui sont attachés à la protection de la biodiversité : les rennes au Canada sont en déclin et menacés.
En effet, les derniers dénombrements officiels sont particulièrement alarmants.

 

Ainsi le troupeau de rennes qui était autrefois le plus grand du monde, celui de la rivière George, au Canada, a été réduit à une infime portion de sa taille originale. Evalué autrefois à 8 à 900 000 têtes, il n’en comptait plus l’année dernière que 27 600. Selon les officiels du gouvernement, ce déclin est « considérable et terrifiant ».

Cette progressive disparition est d’autant plus grave que les rennes, appelés aussi Caribous en Amérique du Nord, tiennent une place centrale dans la vie et la culture de nombreux peuples indigènes.

Ainis, George Rich, un innu du nord-est du Canada, a-t-il confié à l’association Survival : « L’exploitation et l’exploration minières à outrance est l’une des principales causes de la disparition des caribous. La compagnie Quest Minerals a, par exemple, récemment annoncé qu’elle projetait de construire une route qui traversera le cœur de l’aire de mise bas du caribou et que des hélicoptères et des avions survoleront la zone pour atteindre les sites d’exploration ».

Ce serait donc les projets industriels canadiens qui seraient les principaux responsables de la situation en détruisant une grande partie des pâturages et affectant gravement les routes migratoires.

Ainsi mise en cause, l’industrie de son côté, appuyée par certains biologistes, pointe du doigt les pratiques de chasse pourtant traditionnelles des Innus.

Une position rejetée par Survival International dont le directeur a notamment déclaré : « Il est facile de reprocher aux peuples indigènes de pratiquer la surchasse puisqu’ils n’ont généralement pas la possibilité de se défendre de ces accusations. Mais il a été largement prouvé qu’ils sont les meilleurs gardiens de leur environnement. Quand les gouvernements et les scientifiques le comprendront-ils enfin ? Nous devons commencer à écouter ce que les peuples indigènes ont à nous dire sur les problèmes qui affectent leurs propres terres : ils le savent mieux que quiconque ».

Crédit photo EliB via Flickr (CC).

 

                                          

http://www.agendaide.fr                                                                                                             

www.agendaide.fr.jpg

14/12/2012

Indemnité record pour un licenciement abusif

Par: Loïc Struys

240.000 euros. Tels sont les dommages et intérêts records accordés fin novembre à une salariée d'une entreprise de l'Hérault (sud de la France) licenciée abusivement pendant son congé parental.

Les faits remontent à 2008. L'employeur de cette salariée avait qualifié de "faute grave" une visite de courtoisie rendue à des collègues durant son congé parental. "L'employeur avait décidé de rompre son contrat de travail, de ne plus la réintégrer du fait qu'elle soit partie en congé parental", déclarait son avocat au micro de RTL France.

Une décision considérée comme abusive et discriminatoire par la Cour d'appel de Montpellier qui a aggravé une première condamnation du tribunal des prud'hommes de Sète fixée à 174.000 euros. "On s'est aperçu, en étudiant le dossier, que son employeur l'avait remplacée par un autre salarié payé deux fois moins qu'elle". Résultat: une indemnité record de 240.000 euros pour une affaire qui, d'habitude, se juge aux alentours de 20.000 euros. Le jugement est "un signe fort de protection des femmes au travail", a conclu son avocat.

 

www.agendaide.fr.jpg

13/12/2012

Le 12/12/12 célébré dans la bonne humeur à 12H12 à La Douze

Source: afp.com © afp.

Quelque 300 personnes ont célébré à 12h12 les "Douze coups de La Douze" lors du dernier triplé numéraire du siècle en ce 12 décembre 2012, ont constaté des journalistes de l'AFP dans le village périgourdin de La Douze.

Les cloches de l'église du village de 1.100 habitants ont sonné à 12h12 précises, le décompte ayant été effectué par quelques 300 personnes réunies place de la mairie. Sur un podium spécialement installé, les participants ont été accueillis dans la matinée par quelques notes de blues avant l'arrivée d'enfants déclamant des tirades avec des rimes en "ouze".

Des 12 déclinés en bouse de vache
De nombreux médias ont fait le déplacement dans ce village à 22 kilomètres au sud de Périgueux où la thématique du chiffre douze a été déclinée par des 12 en pelouse, en bouse de vache ou en "shoes" avec des chaussures.

Avant un pique-nique avec des produits locaux offerts, des participants venus "faire la fête" buvaient du vin chaud ou de la bière à douze degrés. "Ca devrait être la fin du monde selon les Mayas, alors on boit un coup à la santé de tout le monde, on s'amuse", a indiqué Jean-François Cros, un périgourdin qui regrettait "ne pas être venus à douze" mais seulement avec un ami.

"J'étais un peu inquiet du nombre de personnes qui allaient venir faire la fête avec nous mais finalement avec 350 à 400 personnes présentes tout se passe très bien dans une ambiance bon enfant", a indiqué à l'AFP le maire de La Douze, Jean-Claude Vibien, "satisfait" du "coup de projecteur et de la bonne image" délivrée en ce jour par son village.

"Aujourd'hui on oublie les problèmes, la politique et tout ce qu'on voit de mauvais à la télévision. On fait la fête et c'est ça qui compte", a-t-il dit.

© afp. © afp.