05/06/2013

Le troc de presse entre voisins

 

"Toc toc, c'est le voisin, j'ai vu que vous étiez abonnés à Géo, je peux vous l'emprunter en échange de mon XXI ?" Tel est le type d'échange dont rêve Julien Fuentes, le fondateur de trocdepresse.com, qui souhaite favoriser le lien social tout en optimisant le taux de lecture (et la découverte) de la presse papier. Explications.

 Plus de quatre milliards d'exemplaires par an

 Même si la lecture numérique de la presse gagne un peu plus de terrain chaque jour, la presse imprimée représente encore 4 milliards d’exemplaires vendus par an. "Environ 35 millions de français lisent chaque jour au moins un journal ou un magazine... qui finit encore trop rapidement à la poubelle", déplore Julien Fuentes qui lit au total, avec sa femme, environ une vingtaine de revues et magazines par mois. "Nous accumulions beaucoup de numéros que j'échangeais auparavant avec mes parents, à Marseille. Mais sur Paris je ne me voyais pas le faire aussi facilement avec mes voisins, alors j'ai imaginé ce site, pour faciliter la démarche".

 Le site vient d'ouvrir ses portes et propose aux utilisateurs de se créer un compte, de renseigner leur adresse et d'indiquer quel type de presse ils consomment et à quelle fréquence. Pour informer vos voisins de l'existence de cette initiative, on vous propose d'afficher les éléments d'un kit ambassadeur dans le hall de votre immeuble ou dans l'entrée de votre résidence. Si vos voisins s'inscrivent sur la plateforme, ils pourront vous retrouver facilement et vous serez notifiés de leur inscription sur le site.

 

Affiche du kit ambassadeur pour informer vos voisins

 Si les lectures de votre voisin vous tentent, et vice versa, il vous suffit de convenir d'un moment pour vous les échanger, ou de vous les déposer respectivement via vos boîtes aux lettres. "Certes, on peut aussi le faire plus simplement en laissant ses magazines en libre service dans l'entrée", indique le fondateur de Troc de Presse, mais "l'idée est de favoriser simplement le lien social que l'on n'ose parfois plus retisser. Et si les gens échangent entre eux, sur le long terme, je vois cela comme une nouvelle mise en avant de la presse papier, car cela aide à découvrir d'autres magazine et à s'intéresser à autre chose".

 Une idée belle sur le papier

 Comme pour d'autres services de consommation collaborative, les plus sceptiques diront peut être que ce type d'initiative est belle sur le papier sans fonctionner en pratique. Mais plusieurs dizaines de personnes se sont déjà crées un compte et le défi consiste maintenant à promouvoir l'initiative largement pour atteindre la fameuse masse critique indispensable à la fluidité de ce type de service.

 Julien Fuentes n'envisage pas de rendre son service payant à l'avenir: son modèle repose pour l'instant sur quelques encadrés publicitaires et sur des partenariats avec des groupes de presse qui, à terme, pourraient bénéficier de la démarche. "Dans un second temps, si les liens entre voisins connaissent un intérêt, j'aimerais bien que les gens puissent échanger leurs livres, leurs guides de voyages, etc." confie-t-il également.

Source : Le blog d' Anne-Sophie Novel

http://www.agendaide.fr 

www.agendaide.fr.jpg

 

Les commentaires sont fermés.