30/05/2013

5 conséquences insolites de la crise

Source : latribune.fr

C’est la crise, ma bonne dame! Les effets s’en font bien sûr sentir sur le marché de l’emploi et dans le panier de la ménagère, mais la crise économique a également d’autres conséquences, plus inattendues... Tour d'horizon.

1. Les pizzas rétrécissent

L’avez-vous remarqué ? En un an, le diamètre moyen d’une pizzaest passé de 32 centimètres à 31,3 centimètres, alors que le prix est quant à lui passé de 9,7 euros en 2012 à 10,4 euros en 2013.

Ce sont les résultats d’une étude réalisée en France par le cabinet CDH Expert auprès de 113 pizzerias. Le consommateur perd donc en moyenne 4,3% de sa pizza, tout en la payant 70 cents plus cher.

2. Les piscines sont plus froides

A Mulhouse en France, les sept piscines de l’arrondissement vont perdre un degré en température, passant ainsi à 27,5 degrés. Une mesure d’austérité anodine, qui permettra pourtant d’économiser 240.000 euros.

Sur les deux ans à venir, l’Etat français va en effet baisser ses dotations aux communes de 4,5 milliards d’euros. Pour anticiper, la municipalité de Mulhouse a également décidé d’augmenter de 5% le ticket d’entrée au zoo, et de couper 500.000 euros dans le budget des transports en commun.

3. Les arbres centenaires sont brûlés

La Grèce est un des pays de l’Union européenne les plus touchés par la crise. Pour ne rien arranger, l’hiver y a été très froid, alors que le prix du fuel avait doublé fin 2012, passant de 0,8 à 1,4 euro le litre.

Face à la précarité énergétique, certains n’ont pas hésité à abattre l’olivier légendaire sous lequel Platon enseignait la philosophie il y a 2400 ans pour en faire… du bois de chauffage.

4. Les gagnants des jeux télévisés ne sont pas payés

Les gagnants de la version espagnole du jeu Des chiffres et des lettres n’ont pas été payés depuis juin 2011. Les sommes dues iraient de 400 à 8000 euros, mais la société de production, en grande difficulté financière, n’a pas pu honorer ses dettes et à finalement déposé le bilan début mai.

Ironie du sort : le jeu a été remplacé par l’émission Salvados, qui diffuse des reportages sur des thématiques liées à la crise économique. L’émission cartonne.

5. Les femmes mettent plus de rouge à lèvres

Les chercheurs appellent ça "l’effet rouge à lèvre" : en période de crise, les femmes consommeraient plus de maquillage. En 1930 ou 2008, alors que l’économie s’effondrait, les entreprises cosmétiques ont en effet enregistré des bénéfices.

On pensait initialement que c’était dû au désir des femmes de se changer les idées, mais une récente étude (publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology) a lancé une autre piste : les femmes mettraient plus de rouge à lèvre en période de crise pour attirer les hommes riches et améliorer ainsi leur situation économique.

http://www.agendaide.fr 

www.agendaide.fr.jpg

Les commentaires sont fermés.