14/02/2013

INSOLITE • Petits arrangements et massages érotiques

la juge Ellen Paré - Radio-Canada
la juge Ellen Paré - Radio-Canada

Saisir la justice pour se faire rembourser des travaux faits au noir ? Discutable, surtout quand on est juge. La magistrate québécoise Ellen Paré et son conjoint sont dans une situation délicate, rapporte Radio-Canada. Mécontent du comptoir de granit défectueux installé dans sa cuisine, le couple a porté plainte devant la Cour des petites créances. Il réclamait 7 000 dollars (5 300 euros) à l’entreprise ayant effectué les travaux. Or il s’est avéré au cours de l’audience que l’installation avait été réalisée au noir. “Considérant que les travaux avaient été faits ‘dans le but ultime de priver la collectivité de taxes et d’impôts’, le juge Vallée a déclaré nul le contrat qui liait le couple à l’entreprise”, ce qui ne l’a pas empêché d’octroyer 1 500 dollars de remboursement aux plaignants. La Cour du Québec, employeur de la juge Ellen Paré, s’est abstenue de tout commentaire.Autre curiosité déontologique épinglée par Radio-Canada : le remboursement de prestations érotiques. Au Québec, la profession de massothérapeute n’est pas réglementée. Des salons où les masseuses opèrent nues ou en sous-vêtements délivrent des factures destinées aux caisses d’assurance sans spécifier la nature réelle des actes sur leur reçu. Les compagnies remboursent ainsi le soulagement de tensions pas toujours musculaires, tous les cotisants payant pour “un service sexuel que d’autres décident de s’offrir”. Consciente du problème, la jeune Association des massothérapeutes professionnels du Québec tente d’encadrer la profession. Elle est forte de 6 000 membres.

 

 

Les commentaires sont fermés.